​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​
​Automne Corbières
 ​"Il n'y a pas besoin de permission pour faire des choses belles."​

Skip Navigation LinksDéchets

​​Déchets



Déchetteries de Durban Corbières et Tuchan​


2015-01-07-le-pari-pour-demain-valoriser-au-maximum-les-dechets.jpg

Le pari pour demain ? Valoriser au maximum les déchets. PHOTO/ J. L.

background-color

Tri sélectif, Valorisation des déchets

"Chacun doit mesurer l'importance du tri sélectif"
Le tri, un geste qui peut changer notre avenir. Le Grand Narbonne, en charge de la gestion des déchets de l'agglo, veut encore le simplifier. Et sensibilise à nouveau.
C'est, selon Guillaume Héras, vice-président de l'agglo en charge du dossier, "un enjeu essentiel pour notre territoire". Le tri sélectif a l'avenir devant lui. Pour nous ! Au chapitre des résolutions de début d'année, l'augmentation de la valorisation des déchets figure en bonne place. Et pour cause. "Le tri, c'est d'abord la possibilité d'agir sur l'environnement, explique le vice-président du Grand Narbonne. Plus on trie, plus on recycle derrière. C'est aussi agir sur l'emploi local, le tri étant générateur d'emplois. C'est, enfin, agir sur notre facture parce que le tri sélectif coûte moins que l'enfouissement". L'élu rappelle les trois types de valorisation : "Le recyclage, et notamment le bois traité et revendu depuis Narbonne ; la revalorisation organique, via le compostage ; la valorisation énergétique, avec production d'électricité et de chaleur".
84 000 tonnes de déchets en 2013
En 2013, les 125 000 habitants du Grand Narbonne (auxquels s’ajoute la population touristique) ont jeté quelque 51 000 tonnes de déchets ménagers, ce qui représente 420 kg par personne. Ce qui se situe en deçà de la moyenne nationale, évaluée à 590 kg par individu. Ces mêmes habitants de l’agglo ont déposé 33 000 tonnes de produits dans l’une des 19 déchetteries du territoire, soit l’équivalent de 273 kg par personne, au-dessus cette fois du quota national qui tourne autour de 195 kg. 189 agents travaillent au service Environnement de l’agglo, répartis sur quatre centres techniques : Gruissan, Coursan, Ginestas et Sigean. Notons aussi que depuis le 1er janvier 2013, les prestations de collecte des ordures ménagères sont exécutées par la Société Nicollin sur Narbonne et Narbonne-Plage
Pour encourager les populations des 39 communes au tri sélectif, le Grand Narbonne s'apprête à lancer une campagne d'information, début avril, avec un nouveau guide pratique. La sensibilisation des enfants des écoles (3 000 ont découvert l'univers du traitement des déchets l'an passé) se poursuivra en parallèle. D'autre part, l'agglomération s'attachera à simplifier le geste de tri. "Il faut préciser aux gens l'importance de leurs gestes, souligne Guillaume Héras. Si, par exemple, ils savaient la valeur du carton déposé en déchetterie et le coût d'un carton jeté dans un conteneur à ordures... Ce carton non trié sera enfoui au lieu d'être recyclé. Cela touche au portefeuille directement... C'est ce genre de pédagogie qu'il faut mener".
Dans le même temps, l'agglo œuvre également avec les professionnels de l'éco-emballages, qui collectent des finances auprès des industriels pour reverser des dons aux plus vertueux. Ainsi, Le Grand Narbonne a été récompensé de ses efforts par un 'Point excellent' et 35 000 euros. La création du Pôle Environnement, sur le site de stockage de Lambert, symbolisera demain l'engagement de l'agglo dans la gestion des déchets, un engagement à hauteur de 24 millions d'euros en 2013. Il s'agira - ensuite - de réduire la part des déchets ménagers et plus loin, de porter à 40 % la part des déchets recyclés. Des combats pour léguer une planète présentable aux générations futures...
Au printemps : une simplification du geste de tri avant la création du futur Pôle Environnement

« Nous allons faciliter le geste de tri », annonce Guillaume Héras. Dès le printemps prochain, seuls resteront en place les conteneurs gris pour les ordures ménagères et un conteneur de couleur jaune pour les emballages ménagers recyclables (flacons, alu, petits cartons) et pour les journaux et magazines. Fini le conteneur bleu ! En revanche, la collecte du verre sera inchangée. Il sera de fait, encore plus facile de jeter utile. Autre projet en cours, la création du Pôle Environnement sur le site de Lambert, « un investissement de 8 millions d’euros avec le souci de conserver les emplois sans céder au tout machine ». Collecte, traitement et tri ont été confiés à SITA Méditerranée via une délégation de service public. Quatre ateliers de valorisation et un atelier encombrants seront chargés d’optimiser la “seconde vie” des déchets. « Ce sera le cœur du dispositif dans la gestion des déchets pour le Grand Narbonne », affirme Guillaume Héras. Outre le traitement par filière, de nouvelles recettes financières sont attendues de la valorisation. Et surtout, de nouvelles techniques sont espérées, à travers le partenariat avec l’INRA et son LBE : « Des chercheurs pourront travailler sur un outil de production pour créer ou aller plus loin sur de nouvelles valorisations de déchets ». Une application unique dans la région qui servira peut-être à ouvrir des voies ailleurs, à partir d’une démarche commune entre un industriel privé et un institut de recherche publique. Muni de ces nouveaux outils, le Grand Narbonne pourra alors viser l’objectif qu’il s’est fixé à l’horizon 2035 : passer de 10 à 40 % de déchets recyclés ! Lambert IV avec sa nouvelle installation de stockage de déchets non dangereux, complétera un dispositif taillé pour le futur..

​​


​​