​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​
2017-07-30-LeZArts.jpg
 ​"Il n'y a pas besoin de permission pour faire des choses belles."​

Skip Navigation LinksCoustouge-Patrimoine

​​​Coustouge



Association L'Ormeau Coustouge​


 

​​

 

​ La maison de l'Ormeau, un projet patrimonial et humain

 

 

La dernière équipe de bénévoles est particulièrement fière d'achever le chantier. PHOTO/Photos N.D.-B

 

 

Samedi prochain, l'association L'Ormeau inaugure la maison qu'elle (re) construisait depuis 13 ans à Coustouge. Décryptage de ce chantier participatif créateur de lien social. Du vide, Matthieu Courtiade et ses bénévoles ont créé plus qu'une simple bâtisse. C'est à la fois la renaissance de l'esprit d'un village et le tissage de lien social qui seront inaugurés à l'occasion du dernier jour du mois d'août.

20 000 h de travail pendant 13 années

La genèse du projet commence en 2001, lorsque l'architecte fraîchement installé à Coustouge repère la ruine d'une ancienne maison, située au beau milieu de la circulade de Coustouge, place du Rond. Désireux de porter un projet qui a du sens, afin de s'intégrer dans leur village d'adoption, Matthieu Courtiade et sa compagne créent l'association L'Ormeau. Ils mettent en place un chantier associatif pour lequel ils trouvent de nombreux financements (État, Région, Département et Commune).

Le principe est simple, tout l'été, des jeunes bénévoles venus de France et du Monde entier (Canada, Russie, Brésil, etc.) sont accueillis à Coustouge, et participent au chantier durant deux semaines. "Ils travaillent le matin et sont libres l'après-midi, explique Matthieu Courtiade. Cela nous permet d'avancer, et c'est pour eux une manière de découvrir les Corbières d'une façon originale". Au total, la construction de la maison, qui s'achève en ce moment, aura pris 13 ans et près de 20 000 h de travail.

Un projet collectif et participatif

Pour permettre au 'Rond de Coustouge' de retrouver sa cohérence, l'association L'Ormeau a choisi de s'inscrire dans une démarche locale, au-delà même du concept d'éco-construction. Le projet s'est appuyé sur l'expérimentation, la promotion et la valorisation des techniques de construction traditionnelles de l'habitat rural méditerranéen. "Notre choix a été celui d'exploiter au maximum les matériaux locaux. La maison est constituée uniquement de pierres, toutes récupérées in situ. Nous avons également retrouvé les fondations des remparts, et les avons utilisées", confie Matthieu Courtiade.

De cette façon, mais aussi en sollicitant les habitants du village à l'occasion des moments charnières du chantier (plus de 40 habitants se sont rassemblés pour monter les immenses poutres qui forment la charpente du toit), l'appropriation du bâtiment est facilitée. L'enjeu humain apparaît au moins aussi important que l'enjeu matériel. Et il se prolongera après l'inauguration, puisqu'un bar associatif, une nouvelle bibliothèque et une salle informatique et de soutien scolaire sont d'ores et déjà prévus.

Si la municipalité est propriétaire du bâtiment, l'association L'Ormeau dispose d'un bail emphytéotique de 30 ans. Avec l'aboutissement de ces 13 ans de chantier, Matthieu Courtiade et les membres de l'association L'Ormeau sont conscients qu'une histoire s'achève, mais ne peuvent s'empêcher de se réjouir qu'une nouvelle démarre. La dernière équipe de bénévoles au grand complet.​